Fantasy

Gagner la Guerre – Jean-Philippe Jaworski

Ça faisait un moment que Gagner la Guerre trônait dans ma pile à lire, mais bon, les pavés j’évite de les enchaîner car ça demande une certaine dose d’investissement. Et j’étais pas sûre de vouloir m’engager tout de suite dans une nouvelle relation avec un assassin couillu qui trempe un peu trop dans les complots.

J’avais eu un avant-goût du boug Benvenuto et son tieks dans Janua Vera et ma foi, c’était une entrée en matière plutôt sympa. J’avais des pressentiments comme quoi lui et moi on s’entendrait bien, mais j’avais aussi pas mal de réticences, étant donné que tout le monde parlait un peu trop de lui en bien. Et en général, quand on encense trop quelqu’un, on finit souvent par être déçu.

J’ai donc fini par aller à sa rencontre, avec une petite pointe de méfiance, il en faut toujours un peu. Je voyais bien qu’il essayait de me faire du charme avec sa gouaille, il sait que j’aime ça le con, mais c’est pas le premier à avoir voulu m’entourlouper de la même manière. Donc j’ai préféré l’écouter et observer avec une certaine distance dans un premier temps. Mais bon, il est malin le Benvenuto, il a bien compris comment on impressionne les nanas comme moi et que les petits coups bien sales, c’est un peu le truc qui me fait craquer. Du coup, quand ma bouche a fini par faire un « oh » agréablement choquée lors des premières pages, j’ai senti que ça servait à rien de se méfier, que j’allais le laisser me prendre par la main et découvrir ce qu’il avait à me montrer.

J’ai vu pas mal de nouvelles tronches: certaines oubliables, mais la plupart foutrement charismatique. J’avoue avoir été enchantée par Clarissima, une vraie peste comme je les aime et dont j’attendais les apparitions de pied ferme. J’avais tellement bien aimé cette gonzesse que je pensais avoir affaire à d’autres filles de son calibre, mais pour le coup, j’ai été un peu déçue. C’était au final la seule grande figure féminine autour de Benvenuto et c’est bien dommage. Je suis pas jalouse donc je n’aurais pas été contre que d’autres femmes bien stylées gravitent autour de lui, mais le gars il doit avoir un problème avec les filles, je sais pas. Je me suis aussi prise d’affection pour le boss Leonide Ducatore, un mec bien chelou mais dont on se délecte tant il a une morale tordue et qu’il met en place tout un tas de stratagèmes putassiers pour arriver à ses fins. En fait, j’avais l’impression d’être entourée d’une belle bande d’êtres abjectes et ça, ça fait du bien. Des méchants et des gentils il n’y en a pas. Et s’il y en a, je crois pas que Benvenuto et sa team fasse partie des gens bien en tout cas. Du coup c’était rafraîchissant d’être du mauvais côté pour une fois. Car bon, j’en ai vu pas mal des mecs soi-disant méchants qui ne le sont pas vraiment ou qui ont leurs raisons de l’être. Là les raisons, on s’en fout. On sait juste qu’on est avec des ordures, et qu’ils font le taf qu’on leur demande, tout en essayant de survivre, et ça suffit.

Du coup au début je ne me suis pas ennuyée avec Benvenuto, le temps qu’il me présente toutes ses connaissances, qu’il me parle un peu de la situation actuelle et qu’il me fasse visiter la ville, c’est passé vite. Mais après je sais pas ce qu’il s’est passé, comment on en est arrivé là, mais quand il s’est barré de Ciudalia, je sais pas, le love se barrait un peu lui aussi. Je vous cache pas que quand j’ai commencé à bailler quand il m’a emmené à Bourg-Preux et que je comptais le temps qu’il nous restait lui et moi, j’ai pris peur quant à une fin prématurée de notre relation. Mais bon après il sait bien manier les mots le gamin, et il les raconte bien ses conneries, donc je suis restée à cause de ça, et surtout parce que j’étais curieuse de savoir comment il se sortirait du bordel dans lequel il s’est mis. Et il m’a pas déçue, oh non. Lors des derniers instants qu’on a partagés, j’ai pas réussi à décrocher, je suis restée suspendue à lui en voulant savoir comment tout ça finirait. Et je regrette vraiment pas d’être restée. Inutile de dire que j’étais bien redevenue in love de lui quand les choses ont commencé à s’accélérer pour le grand final.

Et même s’il m’a larguée comme une ordure, je crois qu’il n’aurait pas pu mieux terminer notre histoire. Mais en attendant, il me manque déjà et j’espère vraiment que ce salaud reviendra bientôt.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s